Mon palmarès des polices à empattement : (enfin une) mise à jour

Plus de 13 mois depuis la dernière mise à jour de mes tests sur liseuse des polices à empattements : une mise à jour devenait urgente, même si, naturellement, le rythme des publications, suivant celui de l’apparition de nouveautés, s’est ralenti.

La récolte est intéressante, avec trois polices qui se détachent du lot, dont deux coups de cœurs en provenance d’Amérique du Sud.

Pour rappel, les niveaux de notations sont les suivants :

pas d’étoile ☆☆☆☆☆ : la police est recalée, impropre à l’usage sur liseuse, par exemple pour cause de présence d’un bug d’affichage, d’une lacune non détectée jusqu’alors, de gros problèmes de lisibilité, d’un style trop radical, perturbant.

une étoile ★☆☆☆☆ : En cas de police, certes utilisable, pourquoi pas, à la rigueur…. La lisibilité est correcte (du moins dans certaines conditions), mais le style pourrait dérouter, nécessiter un temps d’adaptation.

deux étoiles ★★☆☆☆ : pour une écriture utilisable sur liseuse, dans certaines conditions, par exemple en évitant une trop petite taille pour en préserver la lisibilité.

trois étoiles ★★★☆☆ : bonne police pour la lecture, bonne lisibilité, style adapté, mais peut-être un peu quelconque.

quatre étoiles ★★★★☆ : très bonne police, lisibilité irréprochable dans toutes les tailles d’affichage. Style intéressant.

cinq étoiles ★★★★★ : coups de cœur : cette catégorie contiendra toutes les polices que je préfère, celles que j’ai adopté au quotidien. L’attribution d’une cinquième étoile dépendra essentiellement de mes goûts personnels…

Faustina ★★★★★
Faustina
Faustina

Proche cousine de Manuale, Faustina possède par ailleurs sa propre identité : plus compacte, un peu plus « robuste », elle est également très bien adaptée à du texte en petite taille. Elle a d’ailleurs été conçue en premier lieu pour la presse, qu’elle soit imprimée ou en ligne. Ses proportions légèrement plus étroites que Manuale sont parfaites pour une liseuse 6 pouces. Elle est sans doute encore plus polyvalente que sa sœur, car Faustina est tout aussi efficace en grande taille. Un sans-faute, pour de longues séances de lecture.

FreeSerif ★☆☆☆☆
FreeSerif
FreeSerif

Bien qu’elle partage la même apparence avec « TeX Gyre Termes », FreeSerif n’offre toutefois pas tout à fait le même rendu sur écran : ici les glyphes sont plus serrés, mais, surtout, il semble y avoir des effets de rendu sur les caractères eux-mêmes : les « o » et les « e » semblent plus gras, d’autres semble trop fins, comme le f ou la ligature « fi ». Le fût du « E » semble très gras par rapport au reste du texte. Comme ces glyphes sont, à la base, identiques à ceux de TeX Gyre Termes, il s’agit sans doute d’un problème de hinting (anticrénelage). Cette police reste utilisable, mais on préfèrera « TeX Gyre Termes ».

Gelasio ★★★★☆
Gelasio
Gelasio

Gelasio reprend les proportions de Georgia, mais dans un style légèrement différent. Concrètement l’expérience de lecture est très agréable et fluide, car Gelasio hérite de la plupart des atouts de Georgia en termes de lisibilité. Gelasio présente un interlignage légèrement plus grand que Georgia, et le texte prend une apparence très légèrement plus grasse.

Une police très efficace, très agréable.

IBM Plex Serif ★★★☆☆
IBM Plex Serif
IBM Plex Serif

Des glyphes très lisibles, à la hauteur d’x importante : voilà une écriture efficace. Cependant je trouve que l’espacement entre les lettres est un peu trop important, ce qui nuit à la fluidité de la lecture, à la perception des mots dans leur globalité. Ce problème coûte à cette écriture sa quatrième étoile.

Manuale ★★★★★
Manuale
Manuale

Une police taillée pour la lecture au long cours sur écran : son aspect contemporain fait mouche, et l’on se rend vite compte qu’elle a été étudiée pour l’écran. Elle supporte très bien un affichage en petite (voire très petite) taille, à tel point que j’ai le sentiment que la lecture est plus fluide et agréable quand on réduit la taille !

C’est à l’occasion de ce test sur liseuse que je me suis rendu compte que Manuale reprend les métriques de Georgia (fait que je n’ai vu nulle part précisé). On notera toutefois que Manuale présente un style radicalement différent, plus contemporain. Au jeu de laquelle restera le plus lisible à très petite taille, Georgia gagne de peu, avantagée par des déliés plus épais.

Munson ★★★☆☆
Munson
Munson

Une écriture à l’aspect « old school » inspiré de Clarendon ou de Century Schoolbook, au contraste entre pleins et déliés assez prononcé. Cette caractéristique fait que cette écriture supporte assez mal les trop petites tailles. Elle est comparable à TeX Gyre Schola, mais avec un style plus affirmé.

Napo ★★★☆☆
Napo
Napo

Napo est une écriture simple, sans pleins et déliés, à la faible hauteur d’x. Cette mécane est lisible. Elle se fait vite oublier, avec son allure de linéale à empattements, et ne pose pas de problème de lisibilité. Sa simplicité la rend robuste à l’affichage. Le style n’éblouit pas par sa sophistication et l’italique n’est qu’une simple oblique, mais elle remplit son rôle avec efficacité.

Pliska ★★★☆☆
Pliska
Pliska

Police dérivée de Tempora, elle-même dérivée de TeX Gyre Termes, qui est issue de Nimbus Roman No9, qui se pose en alternative à Times New Roman. Les modifications qu’apporte Pliska par rapport à Tempora ne concernent que l’alphabet Cyrillique. L’expérience de lecture reste donc identique : une police sans surprises déjà maintes fois utilisée, lisible, mais sans plus.

Spectral ★★☆☆☆
Spectral
Spectral

Une écriture sobre et lisible, mais qui souffre d’un trop grand écartement entre les caractères : les mots s’étalent trop en largeur, nuisant à la fluidité de lecture. En anglais il existe deux termes exprimant la lisibilité : « legibility » qui exprime la facilité de distinguer les caractères d’une écriture, et « readability » qui exprime la facilité de lecture d’un texte. Spectral a une bonne « legibility », mais sa « readability » est gâchée par les espaces entre les lettres.

TGRoman ★★★☆☆
TGRoman
TGRoman

Cette police est une version légèrement retouchée de TeX Gyre Termes (qui est elle-même dérivée de Nimbus Roman No9, elle-même étant une version de Times). Les retouches ont pour but d’en optimiser l’utilisation sur écrans. Au final on note en effet une légère amélioration du rendu des déliés, moins fragiles, et un interlignage un peu plus réduit contribue à densifier le texte. Reste que l’expérience de lecture n’en n’est pas bouleversée. C’est, cependant, un bon choix si l’on veut lire avec du Times sur écran.

Trirong ★★☆☆☆
Trirong
Trirong

Cette police est une variante de Taviraj, avec des empattements moins marqués. Au final, ces empattements plus discrets rendent la police moins lisible que sa sœur, les déliés fins sont plus dépouillés et supportent moins un affichage réduit. En outre, cette police est assez large, et prend un peu plus de place en largeur que Taviraj, ce qui n’arrange pas les choses. L’ensemble reste cependant assez lisible pour être utilisable, mais à condition de bien régler la taille des caractères.

Venturis ADF/Venturis ADF No2 ★★★☆☆
Venturis ADF
Venturis ADF
Venturis ADF Condensed
Venturis ADF Condensed

Cette police partage une origine commune avec Heuristica, elle ne présente pas tout à fait le même aspect que sa cousine, avec ici une hauteur d’x un peu plus réduite, des proportions plus classiques. La lecture est fluide, il n’est pas difficile de s’adapter à cette écriture. Cependant, léger avantage à Heuristica sur le plan de la lisibilité.

La version « condensed » complique un peu les choses côté lisibilité, les déliés deviennent trop fins, obligeant à augmenter la taille, donc à perdre l’avantage du gain de place.

Venturis ADF No2
Venturis ADF No2
Venturis ADF No2 Condensed
Venturis ADF No2 Condensed

Par rapport à la Venturis ADF « tout court », la version No2 a une hauteur d’x plus réduite, et, par contraste, une hauteur de majuscule et d’ascendante très élevée. Cela donne au texte un côté emphatique. Le texte reste lisible, mais cette version reste moins adaptée à du texte long que Venturis ADF.

La version condensed accentue encore cette verticalité, mais la lisibilité reste acceptable. Reste que cette police semble plus indiquée pour du titrage ou des textes courts.

VenturisSans ADF/VenturisSans ADF No2 ★★☆☆☆
VenturisSans ADF
VenturisSans ADF
VenturisSans ADF Condensed
VenturisSans ADF Condensed
VenturisSans ADF Extended
VenturisSans ADF Extended

Version de Venturis ADF aux empattements tronqués, ce qui donne une sensation d’affichage déficient sur l’écran : on ne peut s’empêcher d’avoir le sentiment que l’absence d’empattements est dû à un pb de lisibilité, alors qu’il n’en est rien. Nonobstant ce point, on retrouve l’aspect de Venturis ADF. Bizarrement la version condensed me semble un peu plus lisible. La version extended met en évidence les déliés un peu trop fins, et est donc moins agréable.

VenturisSans ADF No2
VenturisSans ADF No2

La version No2 de VenturisSans ADF est à VenturisSans ADF ce que Venturis ADF No2 est à Venturis ADF : une hauteur d’x réduite, des ascendantes plus hautes en comparaison. La lisibilité est très moyenne. A réserver à du titrage.

Walleye ★★★☆☆
Walleye
Walleye

Une écriture originale, aux inspirations « old school » avec ses terminaisons en bannière, façon tracé à la plume, qui se prête très bien à la lecture sur liseuse. Pas de difficultés particulières de lecture, malgré une certaine finesse : le rendu sur écran reste bon. Après, il s’agit de s’accommoder du style, mais ce n’est qu’une affaire de goût personnel. Un bémol sur l’italique, qui me semble trop étroite comparé à la version romaine.

Zilla Slab ☆☆☆☆☆
Zilla Slab
Zilla Slab

Une écriture mécane, c’est la garantie d’une bonne lisibilité. Zilla Slab ne fait pas exception, même si en la matière elle ne peut rivaliser avec un Bitter ou un Caecilia. L’aspect de Zilla est moins gras, mais aussi avec une hauteur d’x moins élevée et un aspect plus géométrique.

L’ensemble reste assez agréable, mais il y a des problèmes de crénage à résoudre, signe que cette police est encore jeune, et a encore besoin de correction. Le principal problème se situe au niveau de la lettre j, qui apparaît souvent comme décalée vers la gauche : dans « je », on a un espace entre le j et le e. A contrario, dans « déjà », le é tutoie de trop près le j. Plus grave, le « f » en italique apparaît très décalé vers la gauche au point de toucher sa voisine. La correction de ces défauts en ferait une bonne police pour la lecture. En attendant, on s’abstiendra.

Ces résultats s’ajoutent au précédent palmarès. Le récapitulatif de l’ensemble des résultats est visible sur cette page. Les notations apparaissent également sur la liste alphabétique des polices.

Publicités

Auteur : Stéphane

Typophile et bibliovore. Deux blogs : mes découvertes littéraires et mes découvertes typographiques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s