Palmarès des polices serifs

Voici mon évaluation des polices à empattements (« serifs »), mis à l’épreuve d’un usage sur liseuse.

Évidemment, ce palmarès ne prétend aucunement à l’expression d’une Vérité Définitive, mais plutôt comme un retour d’expérience. D’une part, ces résultats dépendent en partie de mes goûts personnels, d’autre part ils dépendent forcément du matériel sur lequel ils ont eu lieu : une liseuse Kobo Glo HD, avec écran eink Carta de 6 pouces à 300 ppp. J’ajouterai que le test a eu lieu avec des livres au format epub.

A ce sujet, j’ai pu remarquer que la prise en charge des polices sur les Kobo est nettement meilleure dans le format epub que dans le format propriétaire kepub. Notamment, les fonctionnalités OpenType, qui permettent entre autres la prise en charge des ligatures, ne sont pas prises en charge en kepub (y compris pour les polices préinstallées sur la liseuse !). En outre, j’ai noté pour certaines polices une apparence des glyphes altérée en kepub. Donc, pour une bonne prise en charge des polices, préférence à l’epub (qui, en outre, est un format ouvert).

Voici les niveaux de notation que j’applique :

pas d’étoile ☆☆☆☆☆ : la police est recalée, impropre à l’usage sur liseuse, par exemple pour cause de présence d’un bug d’affichage, d’une lacune non détectée jusqu’alors, de gros problèmes de lisibilité, d’un style trop radical, perturbant.

une étoile ★☆☆☆☆ : En cas de police, certes utilisable, pourquoi pas, à la rigueur…. La lisibilité est correcte (du moins dans certaines conditions), mais le style pourrait dérouter, nécessiter un temps d’adaptation.

deux étoiles ★★☆☆☆ : pour une écriture utilisable sur liseuse, dans certaines conditions, par exemple en évitant une trop petite taille pour en préserver la lisibilité.

trois étoiles ★★★☆☆ : bonne police pour la lecture, bonne lisibilité, style adapté, mais peut-être un peu quelconque.

quatre étoiles ★★★★☆ : très bonne police, lisibilité irréprochable dans toutes les tailles d’affichage. Style intéressant.

cinq étoiles ★★★★★ : coups de cœur : cette catégorie contiendra toutes les polices que je préfère, celles que j’ai adopté au quotidien. L’attribution d’une cinquième étoile dépendra essentiellement de mes goûts personnels…

C’est parti, voici les résultats pour les polices à empattements qui ont fait l’objet d’une présentation sur ce blog depuis sa création en janvier, jusqu’au 31 décembre 2016. Ensuite, ce palmarès sera régulièrement complété avec de nouvelles polices.

Accanthis ADF Std ★★☆☆☆
Accanthis ADF Std
Accanthis ADF Std
Accanthis ADF Std No2
Accanthis ADF Std No2
Accanthis ADF Std No3
Accanthis ADF Std No3

Accanthis a un look « old style » tout en finesse qui convient bien à de la littérature, avec des chiffres elzéviriens et un italique calligraphique. Elle est assez agréable à l’usage, mais à condition de ne pas l’utiliser en trop petite taille. Ses déliés fins deviennent en effet trop ténus lorsque l’on réduit l’affichage. Elle trouvera plus de place pour s’exprimer sur une liseuse à grand écran.

Les trois variantes présentent peu de différences au niveau de l’expérience de lecture ; on notera que la version No2 est un peu plus condensée, ce qui peut être un avantage pour le placement du texte en grande taille.

On notera la présence de ligatures, un vrai plus pour l’harmonie de l’aspect des mots.

A titre personnel, je trouve ce style un peu suranné, mais c’est une police qui a le mérite de proposer une personnalité marquée.

Alegreya ★★★★★
Alegreya
Alegreya

Alegreya a le type de style que je trouve particulièrement séduisant : une sorte d’équilibre entre des formes traditionnelles, familières, qui rendent cette écriture facile à appréhender à l’œil, mais en apportant une certaine modernité, une touche de personnalité calligraphique qui permet d’échapper à trop de fadeur, de neutralité et apporte une certaine chaleur.

Si on y ajoute un italique ayant sa propre personnalité, des ligatures, et une écriture gardant une bonne lisibilité en petite taille, je n’ai rien à reprocher à Alegreya, qui fait partie des incontournables de ma liseuse.

Aleo ★★★★☆
Aleo
Aleo

Aleo est une police robuste, conçue à partir d’une linéale. Elle possède des caractères très lisibles, avec un faible contraste, ce qui la rend très efficace sur écran. L’agrément de lecture est réel ; elle résiste bien à un affichage en petite taille. Pour les utilisateurs de liseuses Kobo, on pourrait la comparer à Caecilia, même si cette dernière me semble un peu plus élégante, d’une personnalité plus forte.

Aleo propose des ligatures, apportant la touche de finition qui ajoute de l’agrément à la lecture.

Amazing Grotesk ★★☆☆☆
Amazing Grotesk
Amazing Grotesk

Cette écriture est à la fois assez large et avec une hauteur d’x très élevée, ce qui crée un style atypique, avec des t et des f qui semble chétifs à côté des a et des e bien larges.

Si les glyphes, pris individuellement, sont bien clairs, les textes constitués avec cette police peuvent présenter des problèmes de lisibilité, à cause de la faible hauteur des ascendantes et descendantes. Reste que l’ensemble reste facilement utilisable sur liseuse, et supporte très bien un affichage en petite taille, sans que la lisibilité ne s’en ressente (voire même avec une lisibilité meilleure en petite taille qu’en plus grande).

La version « DemiBold » peut être une alternative intéressante au régular (la version Ultra jouera alors le rôle du Bold).

En résumé une bonne police, mais à condition de s’habituer aux proportions des glyphes, et à utiliser de préférence en petite taille.

Amiri ☆☆☆☆☆
Amiri
Amiri

Cette police présente un aspect très classique, qui rappelle le Times. Pas de problèmes particuliers de lisibilité, mais il y a deux problèmes :

  • Un interlignage assez important. Sur les livres dont la feuille de style laisse à l’utilisateur la liberté de changer l’espacement des lignes, cette police maintiendra un interlignage assez grand, même au minimum. Cela peut être perturbant si l’on aime les paragraphes plus compacts. Ce phénomène ne se produit pas, par contre, pour les livres dont la mise en page impose un interlignage non modifiable.
  • L’italique n’est pas au point, en ce qui concerne la ponctuation et les chiffres : les points-virgules et les deux-points restent verticaux, et les points d’exclamation se penchent du côté opposé !

Pour cette dernière raison, je ne recommande pas cette police pour l’alphabet latin (elle est sans doute parfaite, par ailleurs, pour l’écriture cursive arabe, pour laquelle elle est conçue au premier chef).

Andada ★★★★★
Andada
Andada

Après Bitter et Alegreya, le collectif argentin Huerta Tipografica réalise la passe de trois avec Andada, une police très agréable à utiliser. Aucun problème de lisibilité, et un look subtilement décontracté, amical, pour un aspect général moins « littéraire » qu’Alegreya, mais très sympathique.

Apple Garamond ☆☆
Apple Garamond
Apple Garamond

Un Garamond un peu étroit, avec des déliés assez fins, mais qui reste très lisible, à condition de ne pas trop réduire la taille.

Au vu de l’ancienneté de cette police, pas de ligatures OpenType ni de symbole Euro. Le style est un peu terne à mon goût, mais ce n’est que mon goût…

Aver ★★☆☆☆
Aver
Aver

Au départ une police au dessin traditionnel, un peu old-style. En pratique, une police qui s’utilise bien sur liseuse, au bémol de ne pas trop affectionner les tailles les plus réduites. En outre on peut ne pas adhérer aux accents qui sont petits, arrondis et collés aux glyphes qu’ils surplombent. On regrettera également des guillemets en « double chevrons » qui ont un aspect trop fin par rapport au reste de la police : on a l’impression qu’ils ont été empruntés à une autre police.

Averia / Averia Libre ☆☆
Averia
Averia
Averia Libre
Averia Libre

Créée en faisant la moyenne de centaines de polices d’écritures, Averia présente un aspect un peu usé, avec des empattements atténués. Cette police est néanmoins lisible, et présente un certain charme, un côté « ancien », comme un texte imprimé sur un support de mauvaise qualité.

Les caractères sont bien espacés les uns par rapport aux autres. La version « Averia Libre », créée uniquement à partir de police de Google Fonts, présente un aspect similaire.

Cette écriture, pour peu que l’on s’habitue à ce look particulier, est utilisable sur liseuse, et présente un certain agrément.

Averia Serif / Averia Serif Libre ★★★☆
Averia Serif
Averia Serif
Averia Serif Libre
Averia Serif Libre

Averia Serif reprend le principe d’Averia, mais en se cantonnant aux polices à empattements. On a donc un aspect qui présente des empattements plus marqués, ce qui ajoute un petit plus dans la silhouette des glyphes, identifiables plus facilement.

La version Averia Serif Libre me semble moins « usée », avec des contours un peu plus nettement définis. Ici aussi, un temps d’adaptation est nécessaire, mais la lecture avec cette police est fluide.

Baskervald ADF Std ★★☆☆☆
Baskervald ADF Std
Baskervald ADF Std

Une version de Baskerville qui, malgré des déliés un peu plus épais que d’autres versions de la police britannique, n’est pas à utiliser en trop petite taille si l’on veut préserver un confort de lecture. Pour le reste, elle fait correctement son office, agrémentée de ligatures élégantes.

Berenis ADF Pro ★☆☆☆
Berenis ADF Pro
Berenis ADF Pro

Berenis est une didone, et se situe donc dans la même lignée que GFS Bodoni ou Libre Bodoni. La spécificité de Berenis par rapport à ces dernières, c’est une hauteur d’x assez réduite, et des ascendantes et des majuscules hautes. Cela donne une certaine élégance toute en verticalité à cette écriture, mais cela a également un prix en ce qui concerne la lisibilité : il devient nécessaire d’agrandir pour compenser la faible hauteur d’x combinée aux déliés fins typiques de ce genre d’écriture, mais, ce faisant, on commence à avoir peu de lignes sur l’écran (à cause des grandes ascendantes). Il y a donc des contraintes assez élevées à respecter pour préserver une bonne lisibilité.

Une écriture qui se trouvera plus à l’aise sur une liseuse 8 pouces que sur ma 6 pouces, un peu trop étriquée.

Berylium ★★★☆☆
Berylium
Berylium

Berylium est une police à l’allure globale assez classique, de type Times, mais qui présente un contours original, haché, fait de segments de droites, qui donne à cette écriture un aspect évoquant le papier froissé. Cet effet, sur liseuse, n’est visible qu’à condition d’une taille pas trop réduite. D’ailleurs, un usage en trop petite taille nuit à la lisibilité à cause de déliés fins.

Cet aspect « froissé » ne nuit pas à la lecture, et peu instaurer une ambiance particulière.

Bitter ★★★★★
Bitter
Bitter

Cette mécane, qui partage des origines communes avec Alegreya, s’avère être une alternative intéressante à Caecilia (police préinstallée sur les Kobo). Lisibilité parfaite à toutes les tailles d’affichage, avec un dessin qui, à mon goût, est plus élégant et subtil qu’Aleo.

Borgia Pro ★★☆☆☆
Borgia Pro
Borgia Pro

Une belle écriture de style renaissance, élégante, avec les italiques à l’avenant. Des ligatures élégantes également. Sur ce plan, aucun reproche. Mais la contrepartie est une finesse qui oblige à agrandir le texte pour conserver un minimum de confort de lecture. Cette contrainte est sans doute moins

gênante sur une liseuse à grand écran, comme une 8 pouces, où il y aura plus de place pour un agrandissement.

Caladea ★★
Caladea
Caladea

Cette police, conçue pour servir de substitut à Cambria, s’avère agréable à utiliser sur liseuse. Elle supporte bien toutes les tailles d’affichage en maintenant une bonne lisibilité. On pourra lui reprocher un petit manque de personnalité, mais ce peut être un atout pour qui recherche une écriture qui sait se faire oublier, au profit du contenu du texte.

Petit regret : pas de ligatures pour Caladea.

Caudex ★☆☆☆
Caudex
Caudex

Cette police, avec ses « a » presque ronds et ses déliés anguleux, a un petit parfum celtique ou gothique dans son style (sans doute à cause de ses origines, Caudex étant une police pour médiéviste). Elle est cependant d’une bonne lisibilité, mais à condition de ne pas trop réduire la taille d’affichage.

Petit regret concernant l’italique, qui n’est en réalité qu’un oblique.

Charis SIL ★★☆☆☆
Charis SIL
Charis SIL

Une écriture très lisible en taille moyenne, mais dont certains déliés se font ténus en petite taille. Cette police possède également un interlignage un peu large à mon goût. Dans le même style, Georgia fait mieux.

CMU Concrete ★☆☆☆
CMU Concrete
CMU Concrete

CMU Concrete est une variante de CMU Serif avec des déliés et des empattements plus épais, pour une meilleure lisibilité en petite taille. Force est de reconnaître que ça marche : aucun problème de ce côté-là. Le style est un peu désuet, mais c’est aussi ce qui fait son charme.

C’est au niveau des ligatures que le bât blesse : cette écriture propose en effet ces liaisons entre caractères voisins, typiquement les « fi », « ff », « ffl », etc. Malheureusement ces ligatures présentent un aspect un peu plus gras que les autres caractères, ce qui gâche l’expérience de lecture. On voit ainsi des « infini », « affluent », etc…

Ce défaut coûte deux étoiles à cette police, par ailleurs agréable. Dommage.

CMU Serif ★☆☆☆
CMU Serif
CMU Serif

CMU Serif, contrairement à CMU Concrete, n’a pas de problème avec ses ligatures, qui se fondent harmonieusement dans le texte. D’un point de vue du style, cette écriture si reconnaissable me rappellent nombre de documents composés avec LaTeX, rencontrés au cours de mes études. L’identité visuelle de cette police n’est pas associée dans mon esprit à de la littérature. En dehors de ces considérations purement subjectives, CMU Serif s’avère très lisible, mais à condition de ne pas trop réduire la taille d’affichage, les déliés fins finissant par devenir difficiles à distinguer.

Pour un affichage en plus petite taille, privilégier CMU Concrete.

Cormorant ★☆☆
Cormorant
Cormorant
Cormorant Garamond
Cormorant Garamond
Cormorant Infant
Cormorant Infant

Cormorant est une police au style superbe, une sorte de « Super Garamond » dont les déliés et les empattements sont fins, racés. Son auteur la destine principalement à un usage en grande taille, sur écran haute définition.

Effectivement, l’usage sur une liseuse pour du corps de texte n’est pas évident avec une telle écriture. La finesse des glyphes exige obligatoirement un affichage en grande taille, ce qui devient problématique sur un écran de 6 pouces. Sur les liseuses plus grandes, cette police se sentira sans doute un peu moins à l’étroit.

Donc une belle police (avec ligatures) pour ceux qui s’accommodent d’un affichage vraiment grand. Mention spéciale pour la variante « Infant » qui s’éloigne un peu du classicisme en proposant certains glyphes un peu plus « décontractés ».

Credit Valley ☆☆☆☆☆
Credit Valley
Credit Valley

Cette écriture présente un certain nombre de problèmes entachant la lisibilité sur écran eink. Des déliés qui supportent très mal un affichage de taille réduite à modérée ; des glyphes comme les w, les g et la plupart des capitales, qui apparaissent comme plus gras que d’autres, ce qui donne un texte qui semble tacheté.

Clairement, cette police est conçue pour du titrage, elle n’a rien à faire sur liseuse.

Crimson Text ★☆☆☆
Crimson Text
Crimson Text

Une écriture d’une facture assez classique, mais élégante. Elle ne supporte pas très bien les tailles d’écriture trop réduite, mais une fois la bonne taille trouvée, la lecture est agréable.

Dehuti ★☆☆☆☆
Dehuti
Dehuti

Son intéressante esthétique Art Déco en fait une écriture singulière, dont les empattements discrets et les déliés sont très fins et supportent assez mal un affichage en petite taille sur écran. On se voit donc obligé d’augmenter la taille, mais on se trouve assez vite limité par la largeur de l’écriture et un interlignage trop élevé. On se retrouve donc avec une plage d’utilisation trop étriquée.

DejaVu Serif ★★★☆☆
DejaVu Serif
DejaVu Serif
DejaVu Serif Condensed
DejaVu Serif Condensed

Issue de la famille Bitstream Vera, la famille DejaVu se caractérise par des formes simples, privilégiant la lisibilité.

DejaVu Serif présente, avec ses glyphes assez larges, une belle lisibilité, en effet, mais l’aspect de la police est moins agréable quand on réduit l’affichage. La variante « Condensed » a nettement ma préférence : ses proportions un peu moins larges sont mieux adaptées à un écran 6 pouces, et, je trouve, elle supporte paradoxalement un peu mieux un affichage en petite taille que son homologue plus large.

Reste le style, que je trouve bien sage, discret, voire un peu fade.

Droid Serif ★★★☆☆
Droid Serif
Droid Serif

Une police conçue pour affichage sur écran, et ça se voit ; la lisibilité est très bonne, peu de choses à lui reprocher de ce point de vue. Je regrette un look un peu passe-partout, neutre (ce qui plaira à quiconque cherche une police lisible qui sait se faire oublier)

EB Garamond ★★★★★
EB Garamond
EB Garamond

Du Garamond pur jus, ce n’est pas un style inédit, mais cela reste une écriture élégante, agréable à l’œil. Le rendu sur écran est très bon, on peut se permettre un affichage du texte dans toutes les tailles.

C’est une écriture très usitée dans l’édition littéraire française, on n’est donc pas en terre inconnue, mais je reste attaché à ce style, fidèlement restitué sur écran.

Effloresce ★☆☆
Effloresce
Effloresce

Une police aux déliés fins, aux empattements réduits, mais qui peut s’accommoder d’une taille d’affichage élevée grâce à une grande hauteur d’x combinée à une relative étroitesse. Reste que cette police, au départ conçue pour du titrage, n’est pas d’une lisibilité très élevée, à cause de cette hauteur d’x trop grande : les ascendantes trop courtes rendent l’identification des caractères moins fluide.

Au final elle peut être exploitée sur liseuse, mais le style nécessitera une certaine adaptation du lecteur.

Electrum ADF ★☆☆
Electrum ADF Exp
Electrum ADF Exp

Une police au look très rectangulaire, qui offre donc une identité visuelle forte. Je pense que cette écriture donnera toute sa mesure en grande taille, en titrage, mais il faut reconnaître qu’elle s’accommode assez bien d’un affichage en corps de texte. Cependant le style très marqué et l’aspect rectangulaire peut être perturbant pour le lecteur. Mais, pourquoi pas ?

Eligible ★☆☆
Eligible
Eligible

Une écriture géométrique simple, agrémentée de petits empattements rectangulaires : des caractéristiques qui plaident en faveur d’une très bonne lisibilité. Effectivement, à l’usage, les glyphes sont clairement définis. Mais, assez vite, une gêne s’installe pour le lecteur. En prenant du recul, j’ai l’impression que le problème se situe au niveau du crénage, c’est-à-dire la manière dont les caractères se placent les uns à côté des autres. Il y a des irrégularités qui me perturbent. Cela n’est peut-être que le fruit de mon imagination, et d’autres lecteurs pourront ne pas être affectés comme je l’ai été.

Flanker Griffo ☆☆
Flanker Griffo
Flanker Griffo

Une très belle écriture de style Renaissance, élégante, avec ses déliés fins, ses ligatures et autres fonctions OpenType qui lui apportent du panache (ainsi la belle ligature « ct » ou le Q majuscule qui, placé en début de phrase, voit sa queue dessiner un bel arc sous les deux lettres qui le suivent) … Malgré toutes ces belles qualités, j’ai rejeté cette police. Pourquoi ? Tout simplement parce que, sur ma Kobo Glo HD et en format epub, les glyphes accentués ne sont pas affichés en italique. On se retrouve avec un texte à trous…

Est-ce un bug imputable à la police ou au rendu de la liseuse ? Je ne le sais pas. On notera toutefois que cette police n’est pas complètement inutilisable : pour l’affichage d’un livre en format kepub (le format propriétaire de Kobo), ce problème d’affichage ne se produit pas. En revanche, la police elle-même a changé d’aspect : elle est plus grasse, a perdu de sa fine élégance. En outre, le format kepub ne supporte pas les fonctionnalités OpenType : adieu les belles ligatures. Comme je privilégie les formats ouverts, c’est le résultat avec l’epub qui compte pour moi : donc, police rejetée.

Gandhi Serif ★★★☆☆
Gandhi Serif
Gandhi Serif

Conçue par un libraire mexicain, Gandhi serif est dans son élément sur une liseuse. La lisibilité est bonne, la lecture est fluide, sans problème. C’est une police qui fait son boulot sans difficulté, mais aussi sans éclat. Le style est en effet très classique, et c’est le type d’écriture qui se fait vite oublier (au profit du contenu du texte, du coup). Une police qui ne choquera personne, et que j’ai déjà croisée préinstallée dans certains ebooks français.

Gentium Basic ★★★☆☆
Gentium Basic
Gentium Basic
Gentium Book Basic
Gentium Book Basic

Cette police se décline en deux variantes : « Gentium Basic » et « Gentium Book Basic », cette dernière étant légèrement plus grasse, pour plus de lisibilité en petite taille. Sur liseuse je n’ai pas remarqué de différences marquantes entre les 2 saveurs. C’est une écriture qui supporte assez bien la petite taille (mais n’est pas parmi les meilleures dans cet exercice). De manière générale, une écriture qui fait bien son boulot, au style assez classique.

A utiliser comme police qui sait se faire oublier, au profit de l’œuvre qu’elle affiche.

GFS Artemisia ★☆☆☆
GFS Artemisia
GFS Artemisia

Cette écriture d’origine grecque présente un aspect qui mélange la typographie, avec des formes classiques d’inspiration Renaissance, et la calligraphie, avec ces minuscules aux queues recourbées. Ce mélange atténue d’ailleurs la différenciation entre les romaines et les italiques, qui sont proches d’une oblique.

Ce mélange typographie / calligraphie peut avoir quelque chose de perturbant (en tous cas c’est un peu perturbant pour le lecteur que je suis), mais, par ailleurs, la lisibilité est au rendez-vous.

On notera également la présence de ligatures, mais qui ne me semble pas s’intégrer au texte de manière naturelle : par exemple, la ligature « ff » présente deux f étroitement accolés ensembles alors que les autres lettres présentent un espacement plus large entre eux (pour laisser la place à leurs queues recourbées), ce qui attire l’attention de l’œil.

GFS Bodoni ★☆☆☆
GFS Bodoni
GFS Bodoni

Cette interprétation grecque du célèbre Bodoni présente une bonne lisibilité, qui se maintient assez bien en petite taille, malgré la finesse des déliés.

Deux bémols, toutefois : j’ai été gêné par le o minuscule, qui me paraît un peu trop étroit par rapport aux autres minuscules, ce qui attire l’œil. En outre, les ligatures ne me semblent pas tout à fait « naturelles » : les lettres liées ensemble par ces ligatures se retrouvent « collées » ensemble, alors que les lettres sans ligatures ne sont pas aussi rapprochées.

GFS Didot ★★★☆☆
GFS Didot
GFS Didot

Une didone traditionnelle, accompagnée d’un italique élégant et agrémentée de ligatures judicieusement intégrées. Malgré la présence des déliés très fins, cette écriture supporte plutôt bien des tailles assez réduites (mais faut pas trop réduire quand même). Un choix intéressant pour qui apprécie ce style, que d’aucuns qualifieront de suranné.

Goodfish ★☆☆☆
Goodfish
Goodfish

Cette police, avec ses petits empattements triangulaires et ses déliés peu marqués, possède un peu un aspect général de linéale. Elle est tout de suite identifiable, avec ses ascendantes longues, qui atteignent la même hauteur que ses capitales surdimensionnées.

Le style est atypique, donc, mais la lisibilité est au rendez-vous, et la relative étroitesse de la police lui permet de supporter l’agrandissement sans dégrader l’expérience de lecture.

Heuristica ★★★★☆
Heuristica
Heuristica

Une police moderne, conçue pour la PAO, mais qui puise son inspiration dans les grands classiques de l’édition, comme Baskerville : cette combinaison est gagnante et Heuristica possède une lisibilité, une clarté parfaites. Elle supporte sans problèmes les petites tailles d’affichage : ses glyphes légèrement larges, aux déliés pas trop fins, gardent leur lisibilité.

Le seul reproche qu’on pourra lui faire serait éventuellement son style, qui a forcément un petit air de déjà vu… Mais cela ne l’empêche pas d’être élégante.

Ingleby ★☆☆
Ingleby
Ingleby

Au départ une jolie police, au style « old style » qui sied bien à la littérature. A l’arrivée une police qui résiste très mal aux tailles les plus réduites (avec, par exemple, des « i » qui deviennent anorexiques).

En outre, on observe des apostrophes qui sont souvent suivies d’un espace (sauf lorsque la lettre qui précède l’apostrophe est un c), ce qui agace assez vite. Si on fait abstraction de ce défaut et si on prend garde à la taille d’affichage, elle reste d’une bonne lisibilité et d’un style adéquat. C’est pourquoi je ne l’ai pas éliminée.

On notera que ce bug ne s’observe pas sur ordinateur (Word ou Calibre) : il est spécifique à la liseuse.

Irianis ADF Std ★☆☆☆
Irianis ADF Std
Irianis ADF Std

Une écriture qui, par ses choix stylistiques entretient une identité « old style », un parfum de Renaissance. Ce style ne s’exprimera bien que si l’on utilise Irianis dans une taille pas trop réduite. En petite taille, en effet, outre une dégradation (assez modérée) de la lisibilité, la moindre visibilité des détails lui fait perdre de sa personnalité visuelle.

Concernant le style, on y adhère ou pas. Personnellement je le trouve un peu trop accentué sur certains glyphes, comme le s minuscule et ses empattements en éperons. Mais si on aime (et si on prend garde à la taille), c’est une écriture qui remplit son office.

Judson ★★★☆☆
Judson
Judson

Une police assez classique, mais un peu large, qui résiste très bien à un affichage en petite taille. Un seul petit bémol : la variante italique ne se démarque pas assez de la romaine, à mon goût.

Junicode ★★★★☆
Junicode
Junicode
Junicode Condensed
Junicode Condensed

Une écriture assez fine, élégante, qui puise son inspiration dans les publications imprimées du XVIIème siècle. Cette finesse, curieusement, résiste très bien à un affichage sur écran. Le style est agréable, agrémenté de ligatures harmonieusement intégrées. Peu de choses à reprocher à cette police, sauf si on recherche quelque chose qui aurait un aspect un peu plus contemporain.

Elle est également utilisable en version « condensed ». Cependant, son intérêt sur liseuse me semble limité, car l’écriture normale ne pose pas de problèmes particuliers de largeur. Elle trouvera son utilité pour résoudre des problèmes de placement de textes dans une démarche de PAO.

Kelvinch ★★★☆☆
Kelvinch
Kelvinch

Une écriture assez classique, lisible, qui remplira son office sans problème particulier. On notera que cette police a été créée à partir de Gentium Book Basic. En comparant les deux, j’ai une légère préférence pour Gentium.

Kingsbridge ★★★☆☆
Kingsbridge Condensed
Kingsbridge Condensed
Kingsbridge SemiCondensed
Kingsbridge SemiCondensed
Kingsbridge
Kingsbridge
Kingsbridge Expanded
Kingsbridge Expanded

Avec Kingsbridge, on a une police qui, à partir du moment où vous adhérez au style, fera forcément votre bonheur. En effet, entre les 7 niveaux de graisse et les 4 niveaux de largeurs, il y a de quoi ajuster au mieux l’aspect aux préférences personnelles du lecteur. Pour ma part, j’obtiens mon optimum de confort avec le SemiCondensed, en graisse Book.

Le style est d’aspect robuste, sans déliés, ce qui lui donne une excellente lisibilité à toutes les tailles (du moins si vous n’allez pas chercher les graisses les plus fines). Le confort de lecture est réel. Cette robustesse à l’affichage se paye par un style dont on pourrait reprocher un certain manque de subtilité, d’élégance. C’est une affaire de goût. Je regrette particulièrement les italiques, qui ne sont que des obliques assez peu esthétiques.

Latin Modern Roman ★☆☆☆
Latin Modern Roman
Latin Modern Roman

Peu de choses à dire sur cette police, car elle est quasiment identique à CMU Serif, avec laquelle elle partage les mêmes origines. L’expérience de lecture reste donc la même que pour CMU Serif.

Liberation Serif ★★★★☆
Liberation Serif
Liberation Serif

Sa raison d’être en premier lieu, est de remplacer Times New Roman. Heureusement elle n’en reprend pas le style qui a déjà été beaucoup trop souvent vu dans des documents MS Office.

La lisibilité est parfaite : les glyphes ont un tracé moderne, très sobre (voire un peu froid), et c’est une écriture qui reste facile à lire en petite (voire très petite taille). Elle est très agréable à utiliser, même si, à titre personnel, le style ne déclenche pas le coup de cœur.

A noter : pas de ligatures pour cette police.

Libertinus Serif ★★★★☆
Libertinus Serif
Libertinus Serif

Etant un fork de Linux Libertine, l’expérience de lecture avec Libertinus Serif est sensiblement la même. On notera de subtils changements dans les crénages, mais rien qui ne bouleverse les choses. On notera également la disparition de la substitution consistant à rallonger la queue du Q majuscule lorsqu’il commence un mot.

Libra Serif Modern ★★★★☆
Libra Serif Modern
Libra Serif Modern

Il s’agit d’une police directement issue de Liberation Serif, et, en ce qui concerne l’alphabet latin, qui est restée inchangée. Elle hérite donc de la même lisibilité sans faille, donc de la même notation.

Libre Bodoni ★★★☆☆
Libre Bodoni
Libre Bodoni

Après GFS Bodoni, voici une autre interprétation de ce grand classique de la typographie. Libre Bodoni présente des caractères un peu plus gras que GFS Bodoni, ce qui lui donne un avantage en termes de clarté. En outre, ici, les ligatures s’intègrent plus naturellement que dans le cas de sa consœur grecque.

En termes de style, c’est du Bodoni pur jus : il faut donc adhérer à l’esthétique, ce qui n’est pas mon cas.

Lingua Franca ★★★★☆
Lingua Franca
Lingua Franca

Cette police est identique à Heuristica, dont elle est un dérivé. L’expérience de lecture est donc identique : Lingua Franca bénéficie de la même excellente lisibilité. Une très bonne police de lecture sur écran.

Linux Libertine ★★★★☆
Linux Libertine
Linux Libertine

Vous recherchez une police ayant l’élégance classique d’une garalde, mais qui s’accommode bien d’un affichage sur écran ? Linux Libertine est un candidat sérieux. Aucune surprise dans ce style qui ne manque pas d’élégance, et qui est harmonieusement agrémentée de ligatures. On y trouve également l’extension de la queue du Q majuscule lorsqu’il débute une phrase (comme pour Flanker Griffo), une substitution qui fait son effet…

On notera une assez bonne restitution des petites tailles.

Litos Script ★☆☆☆☆
Litos Script
Litos Script

Cette écriture est très sympathique, avec son côté calligraphique, mais elle n’est pas exempte de défauts. Elle présente quelques soucis de crénage (disposition des caractères les uns à côté des autres). Par exemple, les minuscules suivant le T majuscule se retrouvent littéralement collés au fût du T, trop proches à mon goût. Le « e dans l’o » a le problème inverse, la lettre qui suit est trop éloignée, provoquant une véritable rupture dans le mot.

Malgré ces imperfections, le style est agréable, sympathique, et la lisibilité est correcte malgré la faible hauteur d’x.

Lora ★★★★☆
Lora
Lora

Lora a sa petite originalité stylistique : des empattements dont la transition avec le reste du glyphe est arrondie d’un côté, et en angle de l’autre. Cette originalité est visible lorsque cette écriture est restituée en grande taille, mais se perd de vue en corps de texte.

En petite taille, c’est donc une écriture plus classique, mais très lisible, grâce notamment à une hauteur d’x assez importante. Elle résiste très bien aux petites tailles, et la lecture se fait sans effort d’adaptation. Une bonne police pour de la lecture au long cours…

Luxi Serif ★☆☆☆
Luxi Serif
Luxi Serif

Luxi Serif est lisible, c’est certain. C’est une police un peu étroite, aux caractères assez serrés les uns à côté des autres. Elle fait son office sans problème, mais aussi sans éclat particulier. Une police qui sembler d’avantage chercher l’efficacité (texte dense et ramassé tout en restant bien lisible) que l’élégance. D’ailleurs elle ne s’embarrasse pas d’un vrai italique : on se contentera d’une version penchée de la romaine. Elle me semble plus indiquée pour texte technique, utilitaire, que pour de la littérature.

Mekanus ADF ★☆☆☆
Mekanus ADF Std
Mekanus ADF Std

Fine et assez élancée, Mekanus a une forte identité calligraphique, et un style qui lui est bien spécifique. Ligatures et vrai italique sont au rendez-vous. Elle supporte assez mal les petites tailles.

Si on adhère à ce style (que je trouve personnellement trop maniéré), la lisibilité est assez bonne à condition de ne pas trop réduire la taille, et l’expérience de lecture peut alors être agréable.

Merriweather
Merriweather
Merriweather

Cette police est conçue pour un usage en corps de texte sur le web, et cela se voit : le rendu sur écran est parfait, la lisibilité est irréprochable à toutes les tailles d’affichage (la grande hauteur d’x et les déliés assez épais n’y sont pas étrangers). Le style est une sorte de synthèse entre des éléments de classicisme renaissance, mais fortement modifiés afin de répondre aux contraintes d’optimisation d’affichage sur écrans.

Une police confortable, sans défaut. C’est la police qui était proposée par défaut par le thème de mon blog, et je n’ai pas jugé utile de la changer !

Noticia Text
Noticia Text
Noticia Text

Une belle écriture, qui présente un aspect très légèrement « carré », dû à la forme des contrepoinçons, en arcs brisés, qui permettrait de préserver une lisibilité en très petite taille. Cette écriture est conçue au départ pour de la publication de presse, donc pour du corps de texte, mais dans un style moins « littéraire » qu’une police conçue pour des romans. Elle remplit très efficacement son office sur liseuse, et se révèle très agréable.

Noto Serif ★★★☆☆
Noto Serif
Noto Serif

Noto Serif étant identique à Droid Serif, l’expérience de lecture (confortable) est très similaire. On notera toutefois un interlignage légèrement plus grand pour Noto, mais cela reste très raisonnable.

Panforte Serif ★☆☆
Panforte Serif
Panforte Serif

J’ai classé dans les « serifs » cette police parce que je me suis laissé influencer par son nom… J’aurais aussi bien pu la ranger parmi les « manuaires ». Autant dire que son style n’a rien de littéraire et que ce n’est pas une écriture qu’on utilisera spontanément pour de la littérature.

Pélida ☆☆
Pélida
Pélida

Pélida est une police à l’identité visuelle particulière, avec un aspect assez « brut », des contours présentant des irrégularités, des proportions parfois étranges. Un temps d’adaptation est donc nécessaire.

Cependant, cette police a une lacune que je n’avais pas repéré avant de la tester sur liseuse, elle ne possède pas de guillemets « français » en forme de doubles chevrons, ce qui la disqualifie pour un usage littéraire francophone.

Philosopher ★☆☆☆
Philosopher
Philosopher

J’ai classé cette police parmi les polices à empattements, alors que ceux-ci sont peu présents et ne sont que les lignes de fuite vers la gauche ; l’aspect général de la police s’apparente presque à une linéale, toutefois dotée d’un contraste un peu élevé entre pleins et déliés.

C’est une police qui s’accommode assez bien d’un usage en corps de texte, à condition de préserver une taille d’affichage pas trop réduite. Le style contemporain risque d’être en décalage avec un texte antérieur au XXème siècle.

Playfair Display ★☆☆☆
Playfair Display
Playfair Display

Une écriture élégante, dont les déliés fins supportent assez bien l’affichage sur écran. Une hauteur d’x assez grande permettent une utilisation agréable, mais à condition de ne pas trop réduire l’affichage. Le style est élégant, fini, avec des ligatures élégamment intégrées.

PT Serif ★★★★☆
PT Serif
PT Serif

Au départ j’étais un peu rebuté par cette police, notamment à cause de ses empattements que je trouvais parfois un peu disgracieux.

A l’usage, cependant, sur du corps de texte, elle se révèle agréable d’aspect, d’une lisibilité irréprochable, d’un style discret, agrémenté de ligatures qui lui donne une belle finition. Au final un bon choix pour de longues séances de lecture.

Romande ADF ★☆☆
Romande ADF
Romande ADF
Romande ADF No2
Romande ADF No2

Romande possède un style un peu désuet, et, à mon avis, un peu maniéré (mais ce n’est que mon goût personnel). D’un strict point de vue de la lisibilité, elle supporte mal l’affichage en petite taille, les déliés devenant très vite trop fins. En outre, dans ces petites tailles, certains glyphes apparaissent moins gras que d’autres (par exemple le n semble plus fin que le i).

Une fois que l’on atteint une certaine taille d’affichage, la lisibilité devient correcte… Mais la taille du texte est alors un peu limite. La plage d’utilisation confortable est donc étroite (du moins sur un écran de 6 pouces ; un 8 pouces permettra un peu plus de marge de manœuvre).

Serif ☆☆
Serif
Serif

Une écriture très grasse et dense, quasiment illisible à taille de corps de texte du fait de la combinaison de caractères très serrés, d’une écriture très grasse et de déliés fin. Cette police n’est clairement pas faite pour cet emploi.

Serif Beta ★★★☆☆
Serif6 Beta
Serif6 Beta
Serif12 Beta
Serif12 Beta
Serif72 Beta
Serif72 Beta

Cette famille est utilisable dans trois déclinaisons, chacune optimisée pour une taille d’affichage. La version Serif72, avec ses déliés très fins, est logiquement la moins utilisable sur liseuse : à cause de ces déliés, la lisibilité n’est pas optimale, voire très dégradé dans les plus petites tailles.

Les déclinaisons Serif12 et Serif6 s’en sortent bien mieux, la seconde s’en sortant mieux sur le plan de la lisibilité en petite taille, mais au prix d’une légère perte d’élégance dans les proportions. Une bonne police de lecture, mais au style sans surprises.

SF Covington ★☆☆☆☆
SF Covington
SF Covington
SF Covington Condensed
SF Covington Condensed
SF Covington Expanded
SF Covington Expanded

Disons-le clairement, cette police n’est pas faite pour du corps de texte. Ses glyphes atypiques, oblongs, aux déliés très fins, ne sont pas en faveur d’une lisibilité et d’une fluidité de lecture.

Ceci dit, objectivement, à condition de ne pas trop réduire la taille et de s’habituer au style, cette police est utilisable pour de la lecture sur liseuse. De préférence avec la largeur intermédiaire, car les versions larges et étroites ont tendance à compliquer encore d’avantage les choses.

Simonetta ☆☆
Simonetta
Simonetta

Comme Flanker Griffo, une jolie écriture, au style à la fois classique et original, avec son inclinaison légère à droite…. Mais, comme Flanker Griffo, l’affichage en epub sur ma Kobo Glo HD est buggé : certains caractères accentués (les è, ê, à, â…) ne sont pas affichés, ainsi que les points de suspension.

Cerise moisie sur ce mauvais gâteau, l’interlignage est démesuré par rapport à la taille de la police.

En format Kepub, le problème d’affichage des caractères est résolu, mais pas l’interlignage.

Slab Romana ★☆☆☆☆
Slab Romana
Slab Romana

Les empattements plats de cette police sont je trouve assez perturbants en petite taille, car ils deviennent comme des segments ultrafins parsemant le texte. Une police qui supporte assez mal les petites tailles, et dont le style (mais ce n’est que mon avis) manque d’élégance.

Springsteel Serif ☆☆☆☆☆
Springsteel Serif
Springsteel Serif

Une police dont les graisses disponibles gratuitement sont la plus fine et la plus grasse. L’épaisseur de la police qui joue ici le rôle du regular est donc trop fine pour un usage en corps de texte sur écran. Les graisses intermédiaires doivent pouvoir être utilisées confortablement, mais elles sont payantes…

Taviraj ★★★☆☆
Taviraj
Taviraj

Une écriture un peu large, mais qui supporte bien un affichage en petite taille. Bon confort de lecture, un peu gâché toutefois par un interlignage un peu élevé.

TeX Gyre Bonum ★★★★☆
TeX Gyre Bonum
TeX Gyre Bonum

Cette police est dans la droite lignée des polices « Bookman », en vogue dans le monde anglo-saxon de l’édition depuis le début du XXème siècle. Une police assez large, qui supporte bien les petites tailles, et présente une trsè bonne lisibilité. Si vous recherchez une police traditionnelle, agréable, adoptez ce Bonum !

TeX Gyre Pagella ★★★★☆
TeX Gyre Pagella
TeX Gyre Pagella

Pagella est une version open source de Palatino, un revival modernisé et plus lisible des polices humanistes de la Renaissance créé par Herman Zapf en 1948. La lisibilité est en effet au rendez-vous, ainsi que l’élégance héritée de son modèle. Une bonne police pour la littérature, sans fioritures, mais sans les lourdeurs d’un Times New Roman…

TeX Gyre Schola ★★★★☆
TeX Gyre Schola
TeX Gyre Schola

Un remake des Century Schoolbook, une écriture à l’allure un peu datée, mais qui a su largement prouvé son efficacité en termes de lisibilité. La formule fonctionne bien ici : aucune difficulté d’usage, l’écriture fait son office, pour une lecture sans efforts. Comme pour ses consœurs Bonum et Pagella, Schola est un efficace compagnon de lecture.

TeX Gyre Termes ★★★☆☆
TeX Gyre Termes
TeX Gyre Termes

Termes est une version libre de « Times New Roman », dont elle très proche tant sur le plan du style que sur les proportions. Autant dire qu’un texte affiché avec Termes aura un air familier : l’apparence d’un document rédigé dans une ancienne version de Word, par un utilisateur qui ne se soucie pas de la police qu’il emploie.

Oui, cette police remplit correctement son office, le texte est lisible (avec des ligatures en prime pour une finition de l’aspect) … Mais c’est un style vraiment trop usité ces dernières années, trop vu. On a l’impression de ramener un texte littéraire au stade du simple document de traitement de texte.

Mais pour quiconque ne jure que par le Times New Roman, TeX Gyre Termes est la police rêvée.

Tinos ★★★★☆
Tinos
Tinos

Tinos et Liberation Serif sont strictement identiques ; donc cf Liberation Serif.

Tribun ADF Std ★★★★☆
Tribun ADF Std
Tribun ADF Std
Tribun ADF Std Condensed
Tribun ADF Std Condensed

Une police dont le style est fortement inspiré de Times, mais un peu moins proche de Times New Roman que ne l’est TeX Gyre Termes. La lisibilité est très bonne, meilleure que TeX Gyre Termes, grâce à des déliés un peu plus épais. Une écriture qui se décline en une version « Condensed », qui permet un affichage en plus grande taille, tout en plaçant une quantité élevée de texte sur écran.

Reste que le style est toujours proche de Times, et est à mon sens un peu trop usité. Pour ceux qui ne s’en lassent pas, Tribun est très efficace.

Typography Times ☆☆
Typography Times
Typography Times

Cette police exubérante, avec ses empattements surdimensionnés et acérés, et ses déliés ultrafins, n’est clairement pas faite pour du corps de texte. Illisible en petite taille, elle ne pourra pas être utilisée sur liseuse, sauf en cas de lecteur masochiste.

Unna ★☆☆☆
Unna
Unna

Unna est dotée de déliés assez fins, et ne supportera pas très bien un affichage trop réduit. Elle reste cependant suffisamment tolérante pour être utilisée sans difficultés.

Ses ascendantes nettement plus hautes que les capitales lui donnent une certaine allure, empreinte d’un certain classicisme.

Veleka ★★★★☆
Veleka
Veleka

Charis SIL est une excellente police pour la lecture, mais je lui reproche un interlignage un peu trop grand.

Veleka est la solution à ce problème : il s’agit d’une reprise de Charis SIL, mais avec un interlignage revenu à un niveau plus raisonnable. L’effet est immédiat : l’espacement mesuré des lignes fluidifie la lecture, et l’on profite à plein de l’excellente lisibilité de cette police.

Volkhov ☆☆
Volkhov
Volkhov

Une intéressante police, alliant un style traditionnel et la prise en compte des contraintes techniques contemporaine (lisibilité sur écran). Malheureusement, une police que je n’aurais pas dû sélectionner pour ce blog, car une lacune m’avait échappé : pas de points de suspensions. Dommage.

Vollkorn
Vollkorn
Vollkorn

Une jolie police, à l’excellente lisibilité, et au style agréable, agrémenté de ligatures.

Un compagnon fiable pour de longues lectures, parfaitement adapté aux écrans, tout en reprenant des codes typographiques traditionnels (ce qui n’en fait pas pour autant une police fade !).

Cette écriture est hautement recommandable sur liseuse.

Vremena ★☆☆☆
Vremena
Vremena

Une police qui s’inspire ouvertement de Times, et qui, effectivement offre une expérience de lecture analogue à du Times. Attention : la lisibilité se dégrade à taille réduite.